SOMMAIRE


LETTRE-MÉLOMANE 2019-02


LÉGENDE DES APPRÉCIATIONS SUR LES OEUVRES


- : peu intéressant

* : assez bon

** : bon

*** : excellent

**** : exceptionnel


Exemple pour une oeuvre en plusieurs mouvements :

Concerto (*/*/-/*)

icone Écouter
icone Voir une évaluation continue




ARRIAGA Juan Crisostomo (1806-1826)
ORCHESTRE
Symphonie D major (1824)  icone   (***/**/*/**)  icone
Dans cette symphonie, Arriaga navigue quelque part entre Mozart, Dittersdorf, Beethoven. Quoi qu'il soit bien en-deça de ce dernier compositeur (pour une symphonie écrite après les premières symphonies du maître viennois), Arriaga manifeste à maints égard d'un lyrisme de nature identique, adoptant les mêmes procédés, notamment au niveau du traitement harmonique, des contrastes d'intensité. Il peine à s'affirmer, me semble-t-il, dans les seconds motifs, plus mélodiques, moins lyriques, lesquels constituent le point faible de l'oeuvre. Le 1er mouvement est certainement - malgré les faiblesses sus-indiquées - le plus lyrique et le plus dense thématiquement. le dernier adopte le même style, mais de manière moins convaincante, à ce qu'il me paraît.
HOLST Gustav (1874-1934)
ORCHESTRE
Indra op 13 poème symphonique (1903)  icone   (***)  icone
Holst montre superbement dans cette oeuvre sa maîtrise symphonique à créer des fondus enchaînés évoluant lentement. L'ensemble est constitué d'une succession de passages pianissimo (dont il abuse peut-être parfois un peu trop) et de crescendos très progressifs par répétition d'une cellule thématique. Malgré ce flou orchestral, deux thèmes bien caractérisés traversent l'oeuvre, abondamment répétés sur un fond mouvant. On remarquera l'utilisation omniprésente du cor, en pianissimo ou forte, qui représente peut-être le barrissement de l'éléphant, monture traditionnelle du dieu Indra.
RUTTER John (1945-)
FLÛTE ORCHESTRE
Suite antique (1979)  icone   (**/**/**/*/*/***)  icone
Écrite dans un style extrêmement classique, cette suite peut séduire - selon les mouvements. La thématique y est parfois un peu rudimentaire (notamment dans la Valse et la Chanson), mais généralement bien accompagnée par l'orchestre à cordes. On remarquera l'excellente partie en pizzicati aux cordes et à la basse (clavecin) dans le dernier mouvement (Rondeau). À défaut de représenter le style antique - qui est surtout pour nous une fiction - l'oeuvre se référerait plutôt à la musique baroque ou parfois médiévale.
VINE Carl (1954-)
PIANO ORCHESTRE
Concerto 1  icone   (-/*/-)  icone
Une oeuvre en grande partie dysharmonique plutôt dans la lignée de Bartok. L'on y trouve de nombreux passages animés d'un rythme rapide uniforme. D'autres passages se réfèrent plutôt au classicisme mélodique. Le compositeur exprime parfois quelques parties de virtuosité, néanmoins l'on y sent (du moins en ce qui me concerne) pas le moindre lyrisme et pas une once d'inspiration véritable. Les passages "audibles" de cette oeuvre me paraissent froids, dépourvus d'âme.



https://www.critique-musicale.com

À bientôt
Claude Fernandez


SOMMAIRE