SOMMAIRE


LETTRE-MÉLOMANE 2017-04


LÉGENDE DES APPRÉCIATIONS SUR LES OEUVRES


- : peu intéressant

* : assez bon

** : bon

*** : excellent

**** : exceptionnel


Exemple pour une oeuvre en plusieurs mouvements :

Concerto (*/*/-/*)

icone Écouter
icone Voir une évaluation continue




CASTRO Juan José (1895-1968)
PIANO ORCHESTRE
Concerto (1941)  icone   (**/*/-)  icone
Une œuvre qui s'inscrit dans l'esthétique post-ravélienne pour ce qui est de la dynamique perpétuelle dont est animé le soliste, s'épanchant parfois en séquences de virtuosité, notamment une cadence, assez réussie, à la fin du 1er mouvement. L'on pourrait se référer à des œuvres comme le Concerto op 110 de Butting, voire dans le même genre musical les œuvres de Cras, Constantinescu, mais à mon avis avec une qualité et une teneur thématique beaucoup moins élevé chez Juan Castro. Peu de motifs à retenir de cet ensemble, me semble-t-il. L'orchestration, moderniste, brutale, se perd souvent en provocations gratuites, sauf toutefois lors d'interventions plus nuancées en mode pianissimo dans le 1er mouvement. C'est du reste ce mouvement qui s'impose tout de même par des effets réussis et montre la maîtrise compositionnelle de Juan Castro, notamment pour la partie solistique.
WIDOR Charles-Marie (1845-1937)
PIANO ORCHESTRE
Concerto 1 (1876)  icone   (***/**/*)  icone
J'apparenterais facilement ce concerto à celui de Massenet composé quelques décennies plus tard. L'on y retrouve une même tendance à des épanchements virtuoses induisant une sorte de volupté continuelle. Un pianisme qui répugne aux traits incisifs pour suggérer le rêve par des gammes et arpèges. L'orchestration, très discrète, se fond dans cet ensemble homogène. Une thématique relativement limitée permet au compositeur de maintenir cependant une tension lyrique permanente, du moins, dans le premier mouvement. Le 2ème mouvement vaut à mon avis essentiellement par la partie centrale plus virtuose, une cadence brillante utilisant tout le registre de l'extrême-aigu au grave. Le 3ème mouvement me paraît médiocre, en raison de son thème principal relativement lourd, peu enlevé. Les épisodes solistes restent confinés dans ce style.
ZEMLINSKY Alexander von (1871-1942)
ORCHESTRE
Symphonie 2 B flat major (1897)  icone   (**/**/*/-)  icone
Très caractéristique du développement tardif affectant la musique post-viennoise classique, cette œuvre en porte les qualités comme les défauts majeurs. Symphonisme d'un affect sombre, pathétique, presque funèbre, souvent lourd et dépourvu de colorisme. L'on suffoque parfois sous cette chape orchestrale compacte. Le 1er mouvement, sans doute le meilleur, présente des nuances très subtiles sur un thème quasiment unique, développé sous forme de variations qui deviennent, me semble-t-il, lassantes et répétitives. Le 2ème mouvement est un beau scherzo, quoique massif. Les 2 mouvements suivants, à mon avis, n'ajoutent rien de majeur à l'ensemble.



http://www.critique-musicale.com

À bientôt
Claude Fernandez


SOMMAIRE