SOMMAIRE


LETTRE-MÉLOMANE 2018-10


LÉGENDE DES APPRÉCIATIONS SUR LES OEUVRES


- : peu intéressant

* : assez bon

** : bon

*** : excellent

**** : exceptionnel


Exemple pour une oeuvre en plusieurs mouvements :

Concerto (*/*/-/*)

icone Écouter
icone Voir une évaluation continue




CONSTANTINESCU Pavel (1909-1963)
PIANO
Joc Dobrogean Toccata  icone   (**)  icone
Visiblement démonstration de virtuosité à la manière d'une étude, cette Toccata en comporte la limitation sur le plan musical. On exclura de cette critique le passage central, mélodique sur une thématique d'un rhapsodisme indéterminé.
GLINKA / BALAKIREV
PIANO
L'alouette  icone   (***)  icone
Quoique critique musicale.com ne prenne généralement pas en considération les transcriptions, il eût été difficile d'écarter cette transcription pour piano de Balakirev d'après une mélodie de Glinka, en raison de la très forte réinterprétation de la partition originale dans le registre pianistique. Balakirev y déploie une virtuosité éblouissante qui s'accorde aussi bien avec le thème mélodique qu'avec le sujet.
LIAPOUNOV Serguéï ( (1859-1924)
PIANO
Variations sur un thème géorgien op 60  icone   (**)  icone
Ces variations, à mon sens, n'atteignent pas - de loin - ce chef-d'œuvre absolu que constituent les fameuses Variations sur un thème ukrainien. Elles comportent néanmoins de bons thèmes sans recherche de virtuosité marquée. Malheureusement, la partie centrale, bâtie sur un motif trop répétitif, amoindrit à mon avis l'intérêt de cette œuvre.
Barcarolle op 46  icone   (**)  icone
Des sonorité mystérieuses dans cette pièce qui pourrait rappeler Leshingka (Études transcendantes du même Liapounov) ou quelques pièces d'Albeniz dans un rhapsodisme indéterminé. Le thème d'ouverture, très aérien, préfigure de nombreuses pièces de Debussy (notamment Le petit Berger).
Rêverie du soir  icone   (***)  icone
MOLIQUE Bernhard (1802-1869)
VIOLON ORCHESTRE
Concerto 3 D minor op 10 (1836)  icone   (-/-/*)  icone
Œuvre très monotone à la thématique peu perceptible, si l'on excepte le dernier mouvement, plus saillant. La virtuosité très tempérée du violon se fond dans un ensemble sans consistance. Dans ce concerto, Molique apparaît bien loin de ses contemporains et prédécesseurs immédiats parmi les compositeurs-violonistes, qu'il s'agisse de Ludwig Spohr, Viotti (dont il est sans doute le plus proche) sans chercher d'autres références comme De Bériot, Paganini, Lipinski....
RESPIGHI Ottorino (1879-1936)
PIANO
Notturno 3 (1904)  icone   (**)  icone
Écrite dans l'esprit spécifique d'un Nocturne d'une manière particulièrement achevée -avec quelques réminiscences de Chopin -cette œuvre vaut sans doute par ses subtilités harmoniques. Sa matière thématique ne me paraît cependant pas suffisante pour la hausser au niveau de l'excellence.
TAUSIG Carl (1841-1871)
PIANO
Rêverie A major op 5 (1856)  icone   (-)  icone
Pièce très uniforme dans une tessiture medium qui contraste avec quelques très belles réussites de ce compositeurs qu'il nous a été donné d'écouter, notamment sa Balade op 1.
VIARDOT-GARCIA Pauline (1821-1910)
PIANO
Sérénade  icone   (**)  icone
Cette œuvre, vaguement rhapsodique, ne manque pas de caractère ni de charme. Les passages de virtuosité sont particulièrement réussis.
VILLANUEVA Felipe de (1862-1893)
PIANO
Latin American Piano vol 1  icone  
Amar, bien qu'intitulé "nocturne" évoque assez peu l'esprit du genre (sinon dans sa partie centrale), mais plutôt, par ses notes et accords redoublés, une danse folklorique sud-américaine. On pense à la fameuse danse cubaine la Gallina de Louis Moreau Goggschalk.
Amar (Nocturno) (***)  icone



http://www.critique-musicale.com

À bientôt
Claude Fernandez


SOMMAIRE