SOMMAIRE


LÉGENDE DES APPRÉCIATIONS SUR LES OEUVRES


- : peu intéressant

* : assez bon

** : bon

*** : excellent

**** : exceptionnel


Exemple pour une oeuvre en plusieurs mouvements :

Concerto (*/*/-/*)

icone Écouter
icone Voir une évaluation continue (pour chaque mouvement numéroté)



HAMERIK Asger (1843-1923)


ORCHESTRE

Symphonie n°6 Spirituelle op 38 in G majeur 1897    (*/-/*/-)

Cette symphonie semble adopter le profil résultant logiquement d'un orchestre à cordes et même y surenchérir. Œuvre à mn avis fade, sans contrastes ni motifs marquants. L'ensemble paraît s'évanouir dans un tutti de cordes timide que nul éclat ne vient rehausser. Remarquons que les possibilités de colorisme très réelles liées à l'orchestre à cordes sont totalement négligées, notamment on ne remarquera aucun effet notable de cordes divisées. Lorsque l'on considère la date de composition, cet apathisme symphonique semble encore plus surprenant. Je ne voit dans cette œuvre nulle tentative d'affirmer une quelconque originalité. On ne comprend pas ce qu'a voulu tenter le compositeur. Une œuvre pour rien, serait-on tenté d'affirmer.

Symphonie poétique F major op 29 icone   (*/-/-/-) icone

Même si Hamerik écrivit cette première symphonie à un âge très juvénile, elle représente à son époque un art symphonique presque fossilisé. Ne s'évadant pas des formules viennoises, cette symphonie semble ne vouloir affirmer la moindre originalité, aussi bien sur le plan thématique qu'instrumental. On ne retiendra que l'idée musicale du premier mouvement, repris ad nauseam, et même utilisé pour le second mouvement Allegro marcato. Par ailleurs, aucune trace d'évolution ne semble se dessiner par rapport à la symphonie 6, à mon avis tout aussi décevante.

SOMMAIRE


Site optimisé pour norme W3C sous Linux